– Le Chant De La Foret – Envoutânt de photogénie et de résistance


Cinéma, Cultures du monde / samedi, mai 18th, 2019

Le film « LE CHANT DE LA FORÊT » de la brésilienne Renée Nader et du portugais Joao Salaviza à été tourné dans un village d’Indiens Krahos au brésil ( Nord centre) dans l’État du Tocantins.

Ce film à la manière d’une fable, d’un conte nous plonge par un récit initiatique dans une tribu indienne de l’Amazonie. Sorti le 8 mai 2019 en France il été présenté à Cannes et a remporte le prix du jury 2018 dans la section Un Certain Regard.

Cette oeuvre nous confronte directement par sa poésie à l’actualité venimeuse des populations indiennes amazoniennes sous le climat du président Bolsonaro et de son indifférence par son souhait d’anéantir le poumon de la terre.

Depuis l’arrivée des portugais au Brésil en 1500 les populations autochtones furent réduit en esclavage et soumis à l’adoption d’une religion autre que la leur.  Les oppressions n’ont jamais été aussi élevées depuis le régime de Bolsonaro du 1 janvier 2019 qui se montre ouvertement autochtone, ethnocide, et soutien de l’agro-industrie. Mettant ainsi en péril toute la diversité climatique de la planète et l’accélération de la déforestation.

Tous les peuples autochtones risquent de perdre leur terre et leurs droits  qui ont été peu à peu reconquis par de la résistance au fil des siècles, des années.Il nous confronte et nous permet d’assister à ce cri de la foret. Au total, ces peuples ( toutes tribus confondus) sur le territoire brésilien comptent entre 800 à 900 000 personnes ce qui représente moins de 0,5% de la population brésilienne, or ces peuples autochtones répartis en 300 tribus différentes occupent encore 13% du territoire brésilien. En version originale le titre du film est : Chuva É Cantoria Na Aldeia Dos Mortos (La pluie est une cantoria dans le village des morts » -cantoria (genre musical)-

Le film s’ouvre sur une luxuriante chute d’eau entouré de végétaux dans ce décor exotique, Ihjàc un jeune indigène marche dans l’obscurité lunaire, il entend un chant qui l’appelle et c’est celui de son défunt père qui communique avec lui. Il a la capacité de communiquer avec les morts et doit assumer ses pouvoirs de chaman qui le rendent malade, il tente de s’échapper à son destin mais parviendra t’il a accepter son pouvoir chamanique et ses responsabilités de jeune père de famille? Ou se laissera t’il abandonner à la culture de la ville ? D’un coté nous sommes plongés dans la culture animiste et d’un autre dans la modernité des habitants hors de la forêt.

On s’attache à ce jeune homme vivant en couple avec sa femme Koto et leur bébé Tepto, dans une plantation d’un petit village au coeur de la foret. Entre modernité et sacré, on assiste en tant que spectateur à un temps suspendu, lentement facilitant notre réflexion sur le monde et ces cultures anciennes en permanence lutte pour résister. Les acteurs jouent leur propre rôle d’une magnifique force et oublient la caméra.

Les deux réalisateurs ont vécu durant 9 mois au centre de cette tribu en nous de récoltant ces précieuses images d’une incroyable beauté. Les acteurs du films jouent ici leur propre interprètes. D’une visée ethnographique, le docu-film nous rappelle un certain le cinéma du réalisateur ethnologue Jean Rouch et ce mélange de différents registre entre le film documentaire et fictif offrant une autre vision de la « réalité ». La camera devient ainsi un objet d’expérimentation qui se fond dans le paysage émotionnel. Elle peut alors capter des mouvements, saisir des expressions, des corps et des voix  dans  un  espace temps qui induit une autre forme de langage par une méthode non-discursive. La camera devient un medium d’expression à part entière qui nous témoigne la vie de ces cultures.

Cette OEUVRE POÉTIQUE nous offre une réflexion politique autour de la persévérance des cultures Indiennes et il n y pas besoin d’être scientifique anthropologue pour apprécier cette beauté dans ces décors naturels de la forêt avec les indiens gardiens de l’environnement.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *